Du Web 1.0 au Web 4.0

Catégorie : web design

Voilà un peu plus de 25 ans que le web investit notre quotidien dans le but de nous faciliter la vie. Il représente une véritable révolution et influence nos comportements. Si comme nous, vous avez un site web ou affichez une présence sur les réseaux sociaux, vous avez fort probablement entendu parler du web 1.0, 2.0, 3.0 et 4.0. Si ce n’est pas le cas, rassurez-vous, ce ne sont autres que des termes utilisés pour parler de l’évolution du web depuis ses débuts. Zoom sur le web d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Web 1.0 : les débuts du web traditionnel

En 1991, internet prend de l’ampleur et l’un des principaux avantages est la capacité des entreprises à partager des informations. Des outils sont développés afin de permettre aux utilisateurs de trouver de l’information pertinente, de manière simple. L’internet des années 90, appelé le web traditionnel, est avant tout un web statique, qui a pour but principal la distribution d’informations. Les sites sont essentiellement orientés produits, le temps de chargement est lent et le contenu (hypertexte + multimédia) créé par des professionnels est limité. C’est un web passif qui permet à l’internaute de consommer de l’info sans grande interaction.

Web 2.0 : le web social et participatif

Il n’a pas fallu longtemps aux entreprises et particuliers pour comprendre le pouvoir de la communauté. Le web se dynamise en 2000-2009 et privilégie l’échange et le partage de contenus (textes, images, vidéos). Les smartphones, blogs, wikis, forums, réseaux sociaux émergent et on parle alors du web social. Face à un utilisateur actif et acteur, internet devient communautaire. Les avis des consommateurs sont largement sollicités, mais cette socialisation virtuelle génère vite une infobésité avec des contenus de qualité démesurée, créés par des utilisateurs amateurs.

Web 3.0 : du web communautaire au web sémantique

Cette version du web voit le jour en 2010 et fait toujours parler d’elle. Le web 3.0 est un web sémantique, celui des données, de la mobilité et des objets connectés. Il est centré sur l’expérience utilisateur ; il a pour but de structurer la masse d’informations disponibles selon le contexte et les besoins, en tenant compte des préférences et la localisation de l’internaute. Le web est une base de données immense avec une abondance de liens.

Le web 3.0 est aussi qualifié de web de la mobilité, car il vient répondre au besoin permanent d’être connecté, que ce soit via smartphone, bracelet connecté, montre intelligente, applications ou autre support.

A quand le Web 4.0 ?

Pour accompagner toujours plus loin l’internaute, le web prendra pour ambassadeur les objets intelligents, d’ici 2020. Si le marché des objets connectés reste naissant, il devrait connaître un succès fulgurant très prochainement. Le web 4.0 poussera à son paroxysme le marketing relationnel et la personnalisation introduits par le web 3.0.    

Sommes-nous en route vers le web intelligent ? Il existe une multitude de visions du web du futur. Seul l’avenir nous le dira !